Olivier Courty

Olivier Courty a commencé à sculpter au début des années deux mille. S’il évolue aujourd’hui dans le domaine de la sculpture animalière, au commencement ses matériaux de prédilection étaient l’argile, le plâtre, la cire, le ciporex…, et ses axes de recherches étaient l’anatomie, la danse, et les animaux.
Ces représentations subjectives à la fois figuratives, authentiques, mais néanmoins contemporaines sont le fruit d’une recherche permanente, expression de la spontanéité de l’artiste face à la richesse du monde animal pour lequel il a tant de respect et de considération.

Olivier Courty a commencé à sculpter au début des années deux mille. S’il évolue aujourd’hui dans le domaine de la sculpture animalière, au commencement ses matériaux de prédilection étaient l’argile, le plâtre, la cire, le ciporex…, et ses axes de recherches étaient l’anatomie, la danse, et les animaux.

Résolument contemporaines, les sculptures animalières d’Olivier Courty sont travaillées avec autant de vides qui suggèrent des volumes, qu’avec une énergie trouvant le réalisme de la posture et la vivacité d’un regard, capturés et figés dans le mouvement.
Ces représentations subjectives à la fois figuratives, authentiques, mais néanmoins contemporaines sont le fruit d’une recherche permanente, expression de la spontanéité de l’artiste face à la richesse du monde animal pour lequel il a tant de respect et de considération.

Olivier Courty a commencé à sculpter au début des années deux mille. S’il évolue aujourd’hui dans le domaine de la sculpture animalière, au commencement ses matériaux de prédilection étaient l’argile, le plâtre, la cire, le ciporex…, et ses axes de recherches étaient l’anatomie, la danse, et les animaux.

Résolument contemporaines, les sculptures animalières d’Olivier Courty sont travaillées avec autant de vides qui suggèrent des volumes, qu’avec une énergie trouvant le réalisme de la posture et la vivacité d’un regard, capturés et figés dans le mouvement.
Ces représentations subjectives à la fois figuratives, authentiques, mais néanmoins contemporaines sont le fruit d’une recherche permanente, expression de la spontanéité de l’artiste face à la richesse du monde animal pour lequel il a tant de respect et de considération.

Christophe Dumont

Le volume comme moyen d’expression.
Un tas de ferraille pour terrain de jeu
La richesse de la nature comme inspiration.

 

Christophe Dumont explore les mille facettes du monde animal à l’aide de métal, de bois, d’os ou de cuir. Il ne s’agit pas ici de créer, mais plutôt de faire ressentir, de dire la vie, le mouvement, ou la mort, répertoriée, désincarnée.

VLe volume comme moyen d’expression.
Un tas de ferraille pour terrain de jeu
La richesse de la nature comme inspiration.

 

Christophe Dumont explore les mille facettes du monde animal à l’aide de métal, de bois, d’os ou de cuir. Il ne s’agit pas ici de créer, mais plutôt de faire ressentir, de dire la vie, le mouvement, ou la mort, répertoriée, désincarnée.
De son imaginaire, il fait naître des créatures d’un autre temps, d’un autre monde et augmente ainsi peu à peu son univers surnaturel.
Hommage évident au cabinet de curiosités, au « wunderkammer" allemand ou au « studiolo » italien, ces collections emplies des dernières découvertes, merveilles ou monstruosités de la nature aussi bien que de créations humaines les plus extraordinaires, étaient la fierté de leur propriétaire....

Le volume comme moyen d’expression.
Un tas de ferraille pour terrain de jeu
La richesse de la nature comme inspiration.

 

Animaux réels ou fantasmés, minuscules ou surdimensionnés, débonnaires ou monstrueux, clins d’oeil, mise en scène…
Christophe Dumont explore les mille facettes du monde animal à l’aide de métal, de bois, d’os ou de cuir. Il ne s’agit pas ici de créer, mais plutôt de faire ressentir, de dire la vie, le mouvement, ou la mort, répertoriée, désincarnée.
De son imaginaire, il fait naître des créatures d’un autre temps, d’un autre monde et augmente ainsi peu à peu son univers surnaturel.
Hommage évident au cabinet de curiosités, au « wunderkammer" allemand ou au « studiolo » italien, ces collections emplies des dernières découvertes, merveilles ou monstruosités de la nature aussi bien que de créations humaines les plus extraordinaires, étaient la fierté de leur propriétaire....

Eric Junod

Multi-instrumentiste Adam Ben Ezra joue des œuvres originales ou ses arrangements merveilleusement travaillés. Adam est une force créatrice de la nature qui peut transformer en un instant une pièce pleine d'étrangers en fans de toute une vie. Qu'il joue en solo, en duo ou dans son trio avec guitare et percussions, aucun spectacle n'est semblable à un autre…

Le travail de création d’Eric JUNOD est une approche singulière de la sculpture, sa matière de prédilection : le bois. Il enchante les grumes de bois de nos forets en y faisant émerger des personnages colorés qu’il nomme « ses p’tits hommes ».

 

L’ébauche d’apparence grossière par la taille du bois à la tronçonneuse est effacée par la maitrise du travail du bois pour présenter des sculptures d’une belle finesse. Toute la réalisation se fait avec les troncs couchés, de 60cm à 3mètres de long, la rencontre avec l’œuvre se fait lorsque celle-ci est relevée. Des disques abdominaux sont taillés avant brulage et mise en couleur.

Françoise Suin

"C’est en 2008 après une vingtaine d’années de peinture à l’huile que j’ai commencé le modelage d’abord avec de la terre puis en utilisant divers matériaux plutôt improbables tels que le papier ou le carton. Courbes, rondeurs, légèreté sont les maitres mots qui me définissent pour créer mon univers de personnages tels que golfeurs, danseuses, hommes et femmes pressés sur terre ou dans les airs comme les aviatrices par exemple."

"C’est en 2008 après une vingtaine d’années de peinture à l’huile que j’ai commencé le modelage d’abord avec de la terre puis en utilisant divers matériaux plutôt improbables tels que le papier ou le carton. Courbes, rondeurs, légèreté sont les maitres mots qui me définissent pour créer mon univers de personnages tels que golfeurs, danseuses, hommes et femmes pressés sur terre ou dans les airs comme les aviatrices par exemple. Tout ce qui peut s’apparenter au mouvement m’intéresse. Je participe à diverses expositions de groupe tout au long de l’année et je dispose d’un atelier ou le public est accueilli en toutes occasions."

"C’est en 2008 après une vingtaine d’années de peinture à l’huile que j’ai commencé le modelage d’abord avec de la terre puis en utilisant divers matériaux plutôt improbables tels que le papier ou le carton. Courbes, rondeurs, légèreté sont les maitres mots qui me définissent pour créer mon univers de personnages tels que golfeurs, danseuses, hommes et femmes pressés sur terre ou dans les airs comme les aviatrices par exemple. Tout ce qui peut s’apparenter au mouvement m’intéresse. Je participe à diverses expositions de groupe tout au long de l’année et je dispose d’un atelier ou le public est accueilli en toutes occasions."

Isabelle Thibault

"C’est en 2008 après une vingtaine d’années de peinture à l’huile que j’ai commencé le modelage d’abord avec de la terre puis en utilisant divers matériaux plutôt improbables tels que le papier ou le carton. Courbes, rondeurs, légèreté sont les maitres mots qui me définissent pour créer mon univers de personnages tels que golfeurs, danseuses, hommes et femmes pressés sur terre ou dans les airs comme les aviatrices par exemple."

"C’est en 2008 après une vingtaine d’années de peinture à l’huile que j’ai commencé le modelage d’abord avec de la terre puis en utilisant divers matériaux plutôt improbables tels que le papier ou le carton. Courbes, rondeurs, légèreté sont les maitres mots qui me définissent pour créer mon univers de personnages tels que golfeurs, danseuses, hommes et femmes pressés sur terre ou dans les airs comme les aviatrices par exemple. Tout ce qui peut s’apparenter au mouvement m’intéresse. Je participe à diverses expositions de groupe tout au long de l’année et je dispose d’un atelier ou le public est accueilli en toutes occasions."

Depuis 2009, j’arpente les chemins de terre.
De la fragilité à la consistance, la voie est infinie.
Le modelage, la translucidité de la porcelaine, la gravure et les empreintes, les variations apportées par les colorants de masse, la plasticité et son durcissement, la fusion ou la vitrification… l’argile permet l’imprévu.

 

« J’ai choisi la céramique comme un instrument de découverte de la réalité. La pâte idéale n’est pas forcément la plus malléable mais celle qui donne le plus de plasticité à l’imagination ». Ces mots de Jean Girel (La sagesse du potier - l’œil neuf), j’aurais souhaité les modeler !

JAKOS

Depuis plusieurs années désormais, Jakos se dirige vers un travail beaucoup plus personnel. Artiste autodidacte amoureux de la matière (verre, métal…), des formes et des courbes, son style s’apparente à un exercice de haute couture avec pour finalité un défilé d’oeuvres exceptionnelles et uniques.

Depuis plusieurs années désormais, Jakos se dirige vers un travail beaucoup plus personnel. Artiste autodidacte amoureux de la matière (verre, métal…), des formes et des courbes, son style s’apparente à un exercice de haute couture avec pour finalité un défilé d’oeuvres exceptionnelles et uniques.

 

"C’est vrai reconnait Jakos, je suis un détourneur de matière. J’éprouve un besoin viscéral de toucher la matière, la caresser, la regarder encore et encore pour stimuler mon esprit. Le contact se fait ou ne se fait pas. Je travaille pour célébrer la beauté. »

Depuis plusieurs années désormais, Jakos se dirige vers un travail beaucoup plus personnel. Artiste autodidacte amoureux de la matière (verre, métal…), des formes et des courbes, son style s’apparente à un exercice de haute couture avec pour finalité un défilé d’oeuvres exceptionnelles et uniques.

 

"C’est vrai reconnait Jakos, je suis un détourneur de matière. J’éprouve un besoin viscéral de toucher la matière, la caresser, la regarder encore et encore pour stimuler mon esprit. Le contact se fait ou ne se fait pas. Je travaille pour célébrer la beauté. »

Michel Magnani

Depuis quelques Michel Magnani pratique chez lui dans le nord la fonte du bronze suivant toutes les étapes des méthodes a la « cire perdue » et au « sable ».
Ce qui caractérise cet artiste est sa recherche continuelle d'émotions sensorielles émanant de la matière en développant toujours de nouvelles techniques et de nouveaux supports, mais toujours en privilégiant la pérennité, la solidité, la noblesse des matériaux.

Depuis quelques Michel Magnani pratique chez lui dans le nord la fonte du bronze suivant toutes les étapes des méthodes a la « cire perdue » et au « sable ».
Progressivement il passe du réalisme à l'abstrait voir au symbolisme, plus riche en émotions. Ce qui caractérise cet artiste est sa recherche continuelle d'émotions sensorielles émanant de la matière en développant toujours de nouvelles techniques et de nouveaux supports, mais toujours en privilégiant la pérennité, la solidité, la noblesse des matériaux.
Cet artiste a participé à quelques expositions mais surtout comme invité d’honneur (prix de la préfecture de Lille, prix Ricard, prix du Lions’ club, etc…), il figure parmi les artistes connus des Hauts de France...

Sculpteur Michel Magnani doit certainement à l'atavisme cette passion ; un arrière-grand-père sculpteur en Allemagne, un grand père italien tailleur de pierre, les chromosomes étaient là pour qu’il fasse de l’art son principal violon d'Ingres, en complément de sa profession plus scientifique.
Dans son enfance passée dans l’Est, il commence par la taille de la pierre, du granit, du marbre, du bois.
Depuis quelques décennies il pratique chez lui dans le nord la fonte du bronze suivant toutes les étapes des méthodes a la « cire perdue » et au « sable ».
Progressivement il passe du réalisme à l'abstrait voir au symbolisme, plus riche en émotions. Ce qui caractérise cet artiste est sa recherche continuelle d'émotions sensorielles émanant de la matière en développant toujours de nouvelles techniques et de nouveaux supports, mais toujours en privilégiant la pérennité, la solidité, la noblesse des matériaux.
Cet artiste a participé à quelques expositions mais surtout comme invité d’honneur (prix de la préfecture de Lille, prix Ricard, prix du Lions’ club, etc…), il figure parmi les artistes connus des Hauts de France...

Christine Hoffman

Sculpteur céramiste Christine Hoffmann modèle et sculpte le grès.
C’est un univers féminin, poétique et sensuel qu’elle explore. Le travail de modelage est réalisé avec l’intention d’obtenir un toucher rugueux tout en travaillant sur la finesse des traits, sur les petits détails, mais également sur la posture, le mouvement, l’équilibre et le déséquilibre.

Sculpteur céramiste Christine Hoffmann modèle et sculpte le grès. C’est un univers féminin, poétique et sensuel qu’elle explore.
Les personnages qu’elle créés sont texturés et délicats. Le travail de modelage est réalisé avec l’intention d’obtenir un toucher rugueux – par les aspérités et les surépaisseurs d’argiles laissées apparentes sur les corps – tout en travaillant sur la finesse des traits, sur les petits détails, mais également sur la posture, le mouvement, l’équilibre et le déséquilibre.
Ainsi ces femmes sculptées dans le grès sont terriennes, fortes et graves tout en incarnant l’aérien, la délicatesse et la fragilité.

Sculpteur céramiste Christine Hoffmann modèle et sculpte le grès.
Du grès noir, ocre ou encore des terres mêlées. Les pièces qu’elle réalise sont cuites à haute température.
C’est un univers féminin, poétique et sensuel qu’elle explore.
Les personnages qu’elle créés sont texturés et délicats. Le travail de modelage est réalisé avec l’intention d’obtenir un toucher rugueux – par les aspérités et les surépaisseurs d’argiles laissées apparentes sur les corps – tout en travaillant sur la finesse des traits, sur les petits détails, mais également sur la posture, le mouvement, l’équilibre et le déséquilibre.
Ainsi ces femmes sculptées dans le grès sont terriennes, fortes et graves tout en incarnant l’aérien, la délicatesse et la fragilité.

Steven Olivi

"Dans le processus de création avec l’argile, je cherche à travers le corps un équilibre, un mouvement une tension…guider mais aussi ce laissé guider par la terre, sentir les points de rupture de la matière et changer l’orientation du mouvement afin d'éviter que la sculpture ne s’effondre ; dans ce processus je n’ai pas d’idée figé, cela s’apparente à une forme de jeu, une relation entre moi et la terre et non pas une intention prédéterminée qui m’amènerai à faire telle œuvre dans le but de… "

"Dans le processus de création avec l’argile, je cherche à travers le corps un équilibre, un mouvement une tension…guider mais aussi ce laissé guider par la terre, sentir les points de rupture de la matière et changer l’orientation du mouvement afin d'éviter que la sculpture ne s’effondre ; dans ce processus je n’ai pas d’idée figé, cela s’apparente à une forme de jeu, une relation entre moi et la terre et non pas une intention prédéterminée qui m’amènerai à faire telle œuvre dans le but de…"

"Dans le processus de création avec l’argile, je cherche à travers le corps un équilibre, un mouvement une tension…guider mais aussi ce laissé guider par la terre, sentir les points de rupture de la matière et changer l’orientation du mouvement afin d'éviter que la sculpture ne s’effondre ; dans ce processus je n’ai pas d’idée figé, cela s’apparente à une forme de jeu, une relation entre moi et la terre et non pas une intention prédéterminée qui m’amènerai à faire telle œuvre dans le but de…"

Gilles Leprince

Couvreur de profession, Gilles Leprince est un sculpteur autodidacte qui a la passion du métal, lui donner « vie » est son leitmotiv.
Fruits de ses inspirations, ses créations font essentiellement référence aux Hommes, à la nature.

Couvreur de profession, Gilles Leprince est un sculpteur autodidacte qui a la passion du métal, lui donner « vie » est son leitmotiv.
Fruits de ses inspirations, ses créations font essentiellement référence aux Hommes, à la nature.

Couvreur de profession, Gilles Leprince est un sculpteur autodidacte qui a la passion du métal, lui donner « vie » est son leitmotiv. Fruits de ses inspirations, ses créations font essentiellement référence aux Hommes, à la nature.

Slider